CONVERSION

Domaine Florence Alquier F.Alquier, D. Degros et F. Desplats

Domaine Florence Alquier
6 Route de Pézènes-Les-Mines
34600 Faugères
Tél : +33(0) 6 58 32 85 19
Email : vinsdefaugeres@gmail.com
Site web : http://www.domaine-florence-alquier.com/
Ayant chacun roulé leur bosse dans des domaines professionnels très éloignés de la vigne et du vin, c’est en 2017 que Frédéric Desplats et Denis Degros se lancent, aux côtés de Florence Alquier, dans une grande aventure : celle de la création, dans le Faugérois, du Domaine Florence Alquier.

Du rêve à la réalité : le projet Faugères !

Quand les planètes s’alignent

Tout aux long de sa précédente vie professionnelle, Frédéric Desplats cultive sa passion du vin : il va régulièrement à la rencontre de vignerons, découvre et déguste de grandes cuvées, se constitue une cave qu’il remplit de ses nectars préférés. Plus ou moins secrètement, il rêve de devenir un jour vigneron à son tour. Et l’idée fait doucement son chemin jusqu’au jour de sa rencontre, presque fortuite, avec Florence Alquier en 2016, à Faugères. Propriétaire du Domaine Frédéric Alquier, elle projette alors de le vendre, à contre cœur, suite au décès de son époux. Frédéric (Desplats) voit tout à coup le projet se dessiner comme une évidence sous ses yeux. Il contacte immédiatement Denis, son ami de longue date : il connait son désir de revenir en France et de s’adonner à une activité artisanale, liée à la transformation d’un produit – « une brasserie peut-être », avait-il envisagé un temps. Les planètes sont alignées : Florence, Denis et Frédéric tombent d’accord pour s’associer. La surface en vignes est doublée dès 2017, passant de dix à vingt hectares : un nouveau domaine voit le jour grâce au soutien de Philippe Labouret qui est séduit par ce projet. Qui dit nouveau domaine dit nouveau nom : « Il était toutefois important pour nous d’inscrire cette (re-)naissance dans une continuité, explique Denis, de respecter l’âme qui habite forcément un peu le domaine, et qui est liée au travail de Gilbert Alquier, autrefois président de l’appellation, puis à celui de son fils Frédéric. Florence fait le lien entre eux et nous. ».

« On n’a jamais eu qu’un seul véritable objectif : élaborer de très grands vins. »

Depuis 2017, Frédéric et Denis font connaissance avec leurs vignes : ils découvrent à quel point chaque parcelle est unique et mérite une attention particulière, chacune exprimant le terroir à sa manière. En cave, de la vinification à l’élevage en passant par les assemblages, tout est pensé pour mettre en valeur ces différentes facettes du terroir, et toute sa complexité. Leurs quatre vins rouges et leurs deux cuvées de Blanc en sont les reflets.   

S’ils se sont lancés en effet dans ce projet de reconversion ambitieux, c’est parce qu’il faisait sens pour les associés : « On savait bien sûr que rien ne serait facile, raconte Denis, mais on avait – évidemment aussi – une vision un peu romantique de ce qui nous attendait. Et heureusement ! Sans cela, on n’aurait peut-être jamais eu le cran de réaliser le projet ! (Rires) Ce qui nous a porté, ce qui nous porte toujours d’ailleurs, c’est l’idée de parvenir à faire des vins d’excellence qui ressemblent à leur terroir. Des vins de caractère, des cuvées qui ont chacune une identité propre bien affirmée. Bref, hier comme aujourd’hui, on n’a jamais eu qu’un seul véritable objectif : élaborer de très grands vins ! ».


 Domaine Florence Alquier

« Le vin est une façon pour l’Homme de prolonger l’œuvre de la nature. »

Dès leur installation, Denis et Frédéric décident de pratiquer l’agriculture biologique. Intimement liée à leur conception de ce que devrait être un grand vin, la conversion de leur vignoble à la bio leur apparaît immédiatement comme une évidence : « Faugères est un terroir vallonné de vignes imbriquées dans un environnement naturel fait de forêts et de bois, explique Denis. L’ensemble vit dans une sorte de communion qu’il est important de préserver. C’est notre instrument de travail : le vin est une façon pour l’Homme de prolonger l’œuvre de la nature, dans un endroit donné. ». 

Au bout de trois années et d’un certain nombre de gouttes de sueur à leurs fronts, leur pratique du bio leur permet de constater le retour de la vie dans leurs sols ainsi que celui d’une biodiversité qu’ils souhaitent favoriser, par exemple en installant des abris pour les chauves-souris : « L’agriculteur, de fait, altère forcément le milieu naturel. Mais il s’agit de minimiser notre impact et, le cas échéant, on se doit de faire en sorte de rééquilibrer ce qui a éventuellement été détruit. Les chauves-souris sont un exemple parmi d’autres : elles disparaissent de façon exponentielle ces dernières décennies,  pour de nombreuses raisons, et pas forcément liées à la seule agriculture, d’ailleurs. Or elles jouent un rôle important dans le vignoble puisqu’elles se nourrissent des insectes nuisibles : tout est lié ! ».

Apprendre ou désapprendre mais cultiver la curiosité

Venus d’ailleurs – au propre comme au figuré, Frédéric et Denis expliquent que chaque jour passé à la vigne ou en cave est pour eux riche d’un nouvel enseignement. « Jaoued, notre ouvrier viticole, est hyper compétent, souligne encore Frédéric : son aide et son conseil nous sont très précieux. Et la vigne, c’est un travail d’équipe ! ». Tout en déplorant le fait de manquer de temps pour le faire autant qu’ils le souhaiteraient, ils n’hésitent pas à prendre conseil par ailleurs, échanger avec d’autres vignerons, participer à des conférences ou des formations. Le rationalisme qu’ils ont en commun les pousse en effet à approfondir les questions avant de s’embarquer dans de nouveaux projets. Denis explique : « Il y a aussi des choses que je dois pour ainsi dire « désapprendre », comme toute cette rigueur cartésienne qui me guidait dans ma vie professionnelle antérieure. En viticulture, on ne peut pas tout prévoir, expliquer ou contrôler. Mais cela n’empêche pas d’essayer de comprendre et c’est une autre façon de voyager. ». S’étant laissé le temps de la réflexion (et de la prise de marques !), l’enherbement semé est ainsi un projet qu’ils espèrent pouvoir mettre en œuvre dès 2021.


INTERVIEW « ÇA, C’EST VRAIMENT TOI, DENIS ! »

Le vin, c’est plus qu’une boisson, c’est… ? Un voyage !

Un accord Musique & Florence Alquier ? L’ ouverture du Barbier de Séville  de Rossini avec un verre de Moulin de Guingou : pour des puissances qui se répondent tout en douceur !

Ce qui te fait enrager ? L’hypocrisie.

Ce qui te laisse sans voix ? La musique et les émotions qu’elle provoque.

Ce qui te met des étoiles dans les yeux ? Les nouveaux projets !

©️Domaine Florence Alquier 


Domaine Florence Alquier
6 Route de Pézènes-Les-Mines
34600 Faugères
Tél : +33(0) 6 58 32 85 19
Email : vinsdefaugeres@gmail.com
Site web : http://www.domaine-florence-alquier.com/